La Prévention des Risques Professionnels concerne les mesures qui incombent à l’employeur afin de préserver la santé et la sécurité des salariés dans le but d’améliorer les conditions de travail et la qualité de vie au travail.

De quoi s'agit-il ?

Dans la mise en place de ces mesures, l’employeur doit s’assurer de prendre en compte les besoins toutes les parties prenantes ainsi que les spécificités de l’entreprise. En ce sens, il doit notamment mettre en place :

  • Des actions de prévention des risques professionnels et de pénibilité au travail
  • Des actions d'information et de formation
  • Une organisation et des moyens adaptés

L’objectif de ces actions est le respect des 9 grands principes généraux, comme énoncés dans l’article L.4121-2 du Code du Travail :

  • Eviter les risques, afin de diminuer et de supprimer l’exposition au danger
  • Evaluer les risques, pour prioriser les actions de prévention à mener
  • Combattre les risques à la source : prévenir les risques le plus tôt possible, dès la conception ou l’installation d’équipements par exemple
  • Adapter le travail à l’homme
  • Tenir compte de l’état d’évolution de la technique, afin d’adapter la prévention aux évolutions
  • Remplacer ce qui est dangereux par ce qui n’est pas dangereux ou ce qui l’est moins
  • Planifier la prévention en y intégrant la technique, l’organisation et les conditions de travail, les relations sociales et l’influence des facteurs ambiants
  • Prendre des mesures de protection collective en leur donnant la priorité sur les mesures de protection individuelle
  • Donner les instructions appropriées aux travailleurs.

 

A quoi ça sert ?

Ces grands principes ont pour base la constitution et la rédaction du Document Unique d’Evaluation des Risques (DUER). Pourtant, seules 84% des entreprises (baromètre Atequacy 2017) ont déjà réalisé un DUER et la majorité d’entre-elles, ne déclinent pas de plan d’action par la suite. Rappelons pourtant que le DUER est obligatoire pour toutes les entreprises depuis 2001 !

Enfin, toujours selon le dernier baromètre Atequacy de 2017, 91% des entreprises interrogées disent avoir formalisé une politique de santé et de sécurité au travail mais seules 50% d’entre-elles ont un responsable dédié à la sécurité au travail. De plus, 1/3 des entreprises sondées n’impliquent pas le CHSCT dans l’évaluation des risques professionnels, alors qu’il s’agit pourtant là de sa fonction première.


Article rédigé par

Aurélie Methion, Responsable Communication

 


Newsletter

Requis *